signature-oeuvre

Comment certifier vos oeuvres photographiques?

dans Préparer une exposition par
7 minutes et 30 secondes de lecture
Mise à jour de l’article au 2 mars. Suite à un retour de plusieurs lecteurs je le modifie pour y ajouter deux notions : la pince à sec et la Digigraphie.

Certifier une oeuvre photographique est une étape que l’on réalise lorsqu’on vend un tirage numéroté.

Je vous renvoie à l’article suivant sur la définition d’une oeuvre en photographie et le pourquoi du certificat.

Il existe plusieurs modes afin de certifier son oeuvre. Il n’y a aucun caractère d’obligation à utiliser l’une ou l’autre de ses possibilités. Le choix est en général fait par l’artiste lui-même, le coût que cela va engendrer et la crédibilité que cela peut fournir à l’acheteur.

Format libre

Le format libre impose de réaliser le certificat manuellement sur une feuille. Les informations doivent se trouver sur le certificat et au dos de l’oeuvre. Le lien se fera donc :

  • Par le nom de l’image
  • La signature de l’artiste
  • Le numéro de l’image sur le nombre d’exemplaire maximum

Avantages :

  • Peu couteux
  • Aucune contrainte

Inconvénients :

  • Il n’y a aucune garantie quant à la numérotation.
  • Cela impose à l’artiste de conserver un carnet ou un fichier avec les numéros vendus sous peine de faire des erreurs et de vendre plusieurs fois le même numéro.
  • Il est assez simple de faire un faux.
certificat d'authenticité
le lien entre votre oeuvre, vous et l’acheteur

C’est un mode que vous pouvez largement utiliser lorsque vous restez dans des tarifs raisonnables. Quelques centaines d’euros. Peu d’acheteurs se formaliseront. Au delà, à mon sens, il vaut mieux passer à une autre solution.

Le tampon

La tampon est un bon complément au certificat sur papier libre.

Il est possible de réaliser un tampon. Un peu comme les sociétés pour leurs documents officiels. En règle général le tampon sera plus esthétique. Il devra bien évidemment avoir un caractère unique. Celui-ci remplace la signature. On le retrouvera derrière l’oeuvre et sur le certificat papier fourni à l’acheteur.

Son caractère unique et esthétique limitera l’inconvénient du faux certificat. Cela n’empêchera pas, par contre, l’artiste de faire des erreurs quant à la numérotation.

Fabriquer un tampon reste raisonnable en terme de coût puisque selon vos choix, cela variera entre 10 et 20 euros.

Le tampon est un moyen de faire une signature unique. Il ne remplace pas l’établissement d’un certificat mais le complète. On pourra donc le retrouver sur la version papier libre, le certificat Hahnemuhle ou tout autre certificat.

Un exemple de prestation en ligne pour fabriquer son tampon comme on le veut.

La pince à sec

La pince à sec est une variante encore plus intéressante. Elle remplace bien évidemment le tampon. La pince ne sert à rien sans le timbre à sec.

Je vous remet le lien du même prestataire que précédemment puisqu’il propose aussi des pinces à sec et surtout la personnalisation.

Lien direct vers la version ronde (en général assez prisée pour notre utilisation)

Un autre prestataire, plus de modèles et surtout plus adaptés aux papiers à fort grammage

L’association pince et timbre permet d’obtenir en relief sur votre certificat les informations permettant de définir l’identité de l’artiste. C’est du plus bel effet. Par contre attention au modèle de pince, notamment car celle-ci doit pouvoir « imprimer » (a sec) en relief sur les papiers FineArt à fort grammage. On a vite fait d’utiliser des papiers a plus de 300 gr. Le modèle de base n’est alors peut-être pas vraiment efficace.

Un autre souci de la pince à sec est bien évidemment dans le support que vous aurez sélectionné. C’est très efficace sur une image imprimée sur un papier FineArt puis encadrée de manière classique. Vous pouvez complètement l’oublier si vous contrecollez votre image sur un support comme du Dibond ou autre.

Les autocollants

C’est un système qui permet de faire un lien direct entre l’oeuvre et le certificat. Un autocollant comportant un numéro de série et existant en deux exemplaires vous sert à certifier l’oeuvre. Le premier est collé à l’arrière de l’oeuvre, le second sur le certificat établi. Ces autocollants sont indécollables sans endommager le support.

Historiquement l’arrière de l’oeuvre c’est évidemment le tirage photographique. Sauf que depuis quelques années, la croissance en termes de support a modifié ce point. Dans le cas par exemple d’un tirage contrecollé sur Dibond, l’arrière de l’oeuvre n’est plus le tirage photographique mais bien le dos de la plaque de Dibond. Accessoirement une fois contrecollée votre image est indissociable de son support. L’oeuvre est donc considérée dans sa globalité. C’est beaucoup plus problématique dans le cas d’une caisse américaine. Votre tirage est contrecollée sur une plaque d’aluminium ou de Dibond puis celle-ci est fixée sur la finition caisse américaine. Mais rien ne vous empêche de dissocier l’ensemble tirage+dibond de la finition pour changer de finition. Il est donc préférable à mon avis de coller l’autocollant à l’arrière du support (plaque d’aluminium ou dibond) et non à l’arrière de la finition. L’inconvénient étant qu’il sera invisible à l’acheteur. Un peu problématique…

le sytème des autocollants (stickers, scellées…) permet de mieux suivre l’existence des oeuvres et normalement rassure l’acheteur.

Je l’ai utilisé une fois avec les certificats HAHNEMUHLE. Le résultat est très joli, normal puisqu’il s’agit d’un papier spécifique. Le papier contient un filigrane indiquant qu’il s’agit d’un papier Hahnemuhle du plus bel effet. On verra dans la section suivante qu’ArtTrust propose un équivalent (au niveau autocollant), mais ils sont plus connus pour le niveau supérieur.

Les deux autocollants sont aussi très bien fait avec un rendu hologramme.

Une video du rendu avec l’ensemble Hahnemuhle

 

Avantages :

  • Cette solution est en vente libre
  • Le papier est spécifique et contient un filigrane incrusté dans chaque feuille
  • Chaque paire d’autocollants est unique
  • Vous pouvez enregistrer vos ventes avec les numéros de certificat sur www.myartregistry.com.

Inconvénients :

  • Le coût puisqu’une boite de 25 feuilles coute 75 euros (3 euros par certificat)
  • L’erreur est toujours possible puisque la numérotation dépend toujours de l’artiste
Le lien qui suit est un lien affilié chez Miss-numérique. Ce qui signifie que si vous achetez le produit, je toucherai une commission sur la vente. Il n’y aura aucun surcoût pour vous.

Les certificats d’authenticité HAHNEMUHLE, boite de 25 avec autocollants

ArtTrust

Il s’agit du mode le plus complet quant à la certification d’une oeuvre et notamment d’une oeuvre photographique.

On retrouvera les niveaux plus simples comme celui qu’on obtient avec Hahnemuhle (Autocollants pour l’oeuvre et le certificat). Mais il existe un niveau supérieur qui fournit 3 autocollants, un pour l’oeuvre, un pour le certificat et un pour l’artiste : ARTSeal 3.

Les produits ArtTrust sont disponibles de deux manières :

  • Par l’intermédiaire d’un laboratoire photo
  • Directement chez ArtTrust

En prenant l’exemple de Picto c’est une option qui est proposée lors de la commande d’un tirage. Le prix est d’un peu plus de 18 euros HT. Et vous ne pouvez en commander qu’un seul.

Un exemple avec Picto qui indique en ligne sur leur site le niveau de certificat fourni

 

L’autre solution est de s’inscrire sur le site ArtTrust. En tant qu’artiste j’imagine.

Le site d’ArtTrust est accessible ici

Une fois inscrit, sélectionnez l’entrée Kits de certification.

Il y a évidemment tous les choix possibles. En sélectionnant l’ArtSeal 3, vous constatez que le prix à l’unité est moins cher puisque c’est 15 euros HT. Sauf que le minimum commandable est de 10 kits. La facture s’élèvera donc à 150 euros HT, soit 180 euros TTC. Les frais de ports sont offerts (tant mieux).

La différence entre le ArtSeal 3 et le ArtSeal 3P est P pour Personnalisation. A savoir qu’une partie  de l’autocollant est dédiée à la mention ArtTrust. Zone que vous pouvez personnaliser à votre manière. La surprise de la personnalisation est qu’il ne faut pas en commander 10 mais 20. Evidemment le coût unitaire est plus important (20 euros HT). La facture se monte alors à 480 euros TTC pour 20 kits personnalisés.

Avantages :

  • Trois autocollants pour l’oeuvre, le certificat et l’artiste
  • Un compte en ligne permettant à l’artiste d’enregistrer la transaction

Inconvénients :

  • Le coût puisqu’un certificat (le set de 3 autocollants) coûte 18 euros HT (21,6 euros TTC) en passant par un labo.
  • Toujours le coût si vous les achetez directement sur le site ArtTrust puisque vous devez en commander 10 minimum (180 euros TTC).

La certification ArtTrust coûte plus cher que n’importe quelle autre solution, y compris la solution Hahnemuhle. Y compris dans le même mode, à savoir 2 autocollants (la solution ArtSeal 2)

Par contre c’est la seule solution qui comprend l’intégralité du processus puisque lorsqu’une vente a lieu, le photographe peut l’enregistrer directement sur le site d’ArtTrust. Là normalement pour le coup, l’acheteur n’a aucune crainte à avoir.

La Digigraphie

La Digigraphie est un label mis en place par Epson au début des années 2000. Historiquement il s’agit d’un label de qualité technique. Ce label décrit un ensemble d’éléments techniques permettant de fabriquer un tirage hautement qualitatif.

En simplifiant pour fabriquer un tirage il faut trois éléments :

  • Un papier
  • Une imprimante
  • Des encres

Ce label liste donc pour chaque catégorie le matériel qui respecte les prérequis nécessaires pour qu’il soit accordé. Le label est en général accordé aux laboratoires (photographiques dans le cas qui nous intéresse).

La liste des éléments est disponible sur le site Digraphie.com

Pour en revenir à notre sujet de certification, quel est donc le rapport?

Je vous parlais des trois éléments permettant de réaliser un tirage (dans l’absolu). Un tirage digigraphique, en plus de respecter un cahier des charges pour ces 3 paramètres, inclue un certificat d’authenticité qui lie l’artiste, le tireur et l’oeuvre (numérotée et signée). Et voilà donc votre oeuvre certifiée. Par contre le certificat est réalisé par le laboratoire responsable du tirage et non l’artiste en question. C’est aussi le laboratoire qui se chargera de déclarer votre oeuvre digigaphiée sur le site www.digigraphie.net.

Ce certificat de la même manière que les autres modes de certification indiquera les informations relatives à l’artiste et sa signature, ainsi que la numérotation de l’oeuvre (sur la limite de 30 exemplaires). A ma connaissance le tampon est apposé par l’intermédiaire d’une pince à sec indiquant la mention Digigraphie ainsi que le nom du laboratoire responsable du tirage. Ce qui me pose question dans le cas où le tirage est contrecollé sur un support comme le Dibond, ou tout autre support rigide.

Comme vous pouvez le voir sur le site, il existe bon nombre de prestataires labelisés digigraphiques. C’est un Label qui est maintenant bien établi dans le monde artistique. On parle ici photographie, mais la Digigraphie va bien au-delà.

Il y a évidemment un coût lié à la Digigraphie, mais qui dépend de beaucoup de facteurs pour vous indiquer quel % cela représente dans la partie tirage de votre oeuvre. C’est donc à chacun de voir avec son laboratoire ce qu’il en est.

Avantages :

  • Vous n’avez rien à gérer puisque le certificat fait partie du Label Digigraphie
  • Au delà de la notion de certificat d’authenticité, vous savez qu’il s’agit d’un tirage hautement qualitatif
  • Impossible de faire un faux puisque le certificat est enregistré sur le site de référence une fois le tirage réalisé. Cela empêche aussi les cas d’erreurs.

Inconvénients :

  • Le coût est dépendant de chaque prestataire, mais comme vous pouvez réaliser vos tirages au coup par coup finalement il suffit d’en tenir compte dans le prix de vente final.
  • Le tampon à sec. A moins qu’il y ait des variantes, quid des supports rigides pour faire apparaitre la mention digigraphique du laboratoire?
  • Même si la prestation Digigraphie est réalisable à distance, est-ce qu’il n’est pas souhaitable de travailler en direct avec son laboratoire?

En ce qui me concerne, j’ai plusieurs photographies chez moi d’autres photographes. Une seule a été réalisée sous le label Digigraphie. C’est discret tout en autant visible puisque le tampon à sec est à la lisière de l’image.

En conclusion

Le certificat n’est pas obligatoire quand il s’agit de vendre une oeuvre signée et numérotée. Quand on regarde la loi à ce sujet, seules les mentions numérotée et signée sont obligatoires. Maintenant le certificat est entré dans l’usage commun concernant les photographies numérotées et signées. Il est donc d’usage d’en établir un lors de la vente d’une photographie numérotée et signée.

Comme je le décris dans cet article, il y a plusieurs possibilités pour le faire. Actuellement il n’y a aucun caractère obligatoire de passer par un tiers de confiance comme ArtTrust pour certifier votre oeuvre. Nous sommes nombreux à le faire sur papier libre en France en tout cas.

J’aime beaucoup la version Hahnemuhle, ne serait-ce que parce que le papier proposé est vraiment de toute beauté. On obtient ainsi avec l’enregistrement sur le site partenaire d’Hahnemuhle une version beaucoup moins cher que par ArtTrust. Le seul inconvénient étant de payer un coût de démarrage de 75 euros pour obtenir les 25 premiers certificats. Si vous êtes plusieurs, c’est une solution qui est à retenir avec un achat collectif.

Le choix va donc se porter sur telle ou telle solution en fonction du prix que vous voulez y dédier. Plus la solution choisie sera coûteuse, meilleure sera la perception de l’acheteur vis à vis de votre oeuvre.

N’oubliez donc surtout pas, dans le cas d’ArtTrust ou du Label Digigraphie, d’inclure le prix dans le coût de réalisation de votre oeuvre. L’impact du coût du certificat sera important si vous imprimez en petit format sur un papier FineArt.

Et vous quelle solution avez-vous adopté pour certifier vos oeuvres photographiques?

Vous en pensez quoi?