« Cuba d’hier et d’aujourd’hui » par Bernard Moncet

dans La Une/Portfolio par

Démarche

Fin décembre 1958, le dictateur Fulgencio BATISTA est chassé de Cuba par une armée de guérilleros dirigés par Fidel CASTRO et Ernesto GUEVARA plus connu sous le nom du « CHE ». La voie est libre pour l’installation d’un pouvoir révolutionnaire dès le 5 janvier 1959. La Révolution Cubaine vient de triompher après 6 ans de lutte acharnée.

Le monde entier découvre alors les visages de ces révolutionnaires qui deviendront bientôt des icônes pour la jeunesse des années 60.

Plus de cinquante-cinq ans après cette « Révolution Romantique », que reste-t-il aujourd’hui de cette période révolue ?

Les espoirs de ce peuple issu de l’esclavagisme et de la colonisation espagnole se sont-ils concrétisés ? Les rêves de justice et de liberté tant espérés par ces Cubains jusqu’alors opprimés sont-ils enfin devenus réalité ?

Ces images sont là pour illustrer l’envers du décor toujours caché par le régime en place. Des images pour montrer qu’il n’y a pas que des plages de sable blanc, que de vieilles guimbardes pour touristes nostalgiques, que de gros cigares, que de la salsa et du mojito à Cuba.

Bernard Moncet

« Par expérience je sais que du côté de la rue le spectacle est toujours généreux. Dans ces décors témoins de la peine et de la joie des hommes, les gestes de la vie y sont accomplis simplement et les visages des gens qui passent sont parfois émouvants. Voir et Photographier, c’est souvent se construire avec les moyens du bord un petit théâtre et attendre ses acteurs. Lorsqu’on y croit très fort, c’est bien le diable s’ils ne finissent pas par arriver. »

Dans cette description, l’auteur emploi des mots très évocateurs de féerie tels que spectacle, décors, théâtre, acteurs, gestes, visages, émouvants Il n’y a rien de plus vrai pour moi que cette citation de Robert DOISNEAU qui exprime ma passion de la photographie de rue.

Dans mes photographies prises au cours de différents voyages, le graphisme du décor, l’harmonie des teintes, les gestes et attitudes des personnages rencontrés au détour d’une rue constituent pour moi les bases essentielles de la composition et du traitement de de mes images.

http://www.bernardmoncet.com

Vous en pensez quoi?