Le Dibond oui ou non?

dans Préparer une exposition par

Alors le Dibond vous en pensez quoi?

Déjà qu’est-ce que le Dibond?

Il s’agit d’un procédé qui utilise de l’aluminium et du polyéthylène. 2 feuilles d’aluminium avec entre les deux une couche de polyéthylène. C’est un procédé qui remonte aux années 80 et qui a été utilisé énormément dans la publicité ou les supports de sécurité que l’on trouve dans beaucoup de bâtiments. L’avantage de ce procédé étant qu’il coute moins cher au m2 qu’une plaque d’aluminium de la même épaisseur. J’imagine que c’est pour cela qu’il a été inventé.

Alors les Pour

Techniquement parlant

En terme de coût comme je le disais au-dessus une plaque de Dibond coûte beaucoup moins cher que son équivalent en aluminium pur pour la même épaisseur. Evidemment pour cela il faut qu’il soit aussi rigide et c’est l’avantage de ce procédé.

Un autre avantage tout aussi technique : le poids. La couche de polyéthylène étant moins dense, forcément à surface et épaisseur équivalente le Dibond pèse beaucoup moins lourd. En simplifiant le rapport de poids est de 2 fois plus lourd pour l’aluminium par rapport au Dibond.

Quand vous contrecollez vos tirages sur des grands formats, vous sentez tout de suite la différence. Différence qui deviendra essentielle lors de l’envoi d’une expo par un transporteur.

La rigidité du Dibond est très bonne donc aucune manipulation standard ne risque de le déformer.

En terme de coût le Dibond est intermédiaire. C’est évidemment plus cher que l’encadrement classique mais moins cher qu’une finition type caisse américaine (encadrement spécifique) ou du Diasec (plexiglas en plus). Cela en fait un support très prisé des photographes.

Voilà pour les atouts physiques ou techniques du Dibond

Pour le rendu

Le Dibond est un support au rendu plutôt moderne. D’ailleurs on le rencontre souvent sur des photos urbaines ou équivalentes. Ca ne veut pas dire qu’il ne faut pas l’utiliser pour d’autres sujets, mais c’est souvent pour des photos urbaines qu’il donne son plein effet.

En ce qui me concerne je l’ai utilisé pour d’autres sujets. Notamment pour l’absence de cadre qui était intéressant pour moi.

chassis rentrant
chassis rentrant (copyright Art Photo Lab)

Ce qui me plait dans le rendu du Dibond est magnifié lorsque vous ajoutez un châssis à l’arrière. Grosse préférence pour le châssis rentrant me concernant. Celui-ci est du coup invisible pour le spectateur. Ce châssis a pour particularité d’éloigner l’image du mur. C’est sans doute cet effet qui est le plus intéressant avec le Dibond, avec l’absence de cadre et l’image en plein format.

Ces 3 points donnent toute la force d’une image accrochée au mur sur support Dibond.

Bien utilisé le Dibond est clairement une bonne solution car il se fait oublier lorsque le spectateur regarde une image. Vous ne risquez pas de faire une erreur de couleur de l’encadrement ou du passe-partout.

Et donc les contre

Les contre sont plutôt techniques que pour le rendu.

Le premier souci du choix du Dibond lors d’une expo c’est l’absence de protection de l’image. Ce qui est d’ailleurs un avantage pour le spectateur, devient un inconvénient si quelqu’un le vandalise volontairement ou accidentellement. L’image étant contre-collée directement sur le Dibond, elle ne bénéficie d’aucune protection. Une rayure même accidentelle est vite arrivée.

L’usage des gants lorsque vous manipulez vos dibonds devient une nécessité.

Ce problème durera le temps de l’exposition. Notez bien qu’à part les abrutis qui posent leur doigt sur les images, la plupart des gens sont précautionneux.

Le problème plutôt récurrent avec le Dibond provient surtout lorsque vous le déplacez. Lors de la phase de montage ou démontage, il vous faudra faire extrêmement attention. Une chute, notamment sur un coin, et votre image est abimée. Et définitivement. Un coin enfoncé n’est absolument pas récupérable.

Lors de la phase de montage, il vous faudra faire extrêmement attention. Notamment si le système de fixation n’est pas totalement sûr. Une mauvaise fixation, une chute et vous n’aurez clairement pas le temps de remplacer l’image. Il vous faudra donc faire extrêmement attention, car rien ne protège l’image.

La faiblesse rencontrée en cas de chute se retrouve aussi lors du transport. Si c’est vous qui transportez vos oeuvres, entourez les correctement de papier bulle. Et ne lésinez pas sur la quantité. N’oubliez pas de bloquer vos oeuvres en voiture, pour qu’elles ne se déplacent pas lors d’un coup de frein un peu brutal.

Si vous faites appel à un transporteur. Bonne chance.

Je vous conseille plusieurs choses.

Plaquez vos dibonds 2 par 2 en les séparant par un papier fin. Regardez bien lorsque votre labo vous les livre comment ils sont emballés et conservez les papiers (en général papier de soie) à intercaler entre les images.

IMG_3970En plaquant 2 Dibonds de même dimension face contre face, vous augmentez leur solidité. Ca ne protégera pas les coins. Pour ça rien ne vaut de la mousse d’isolation. Les labos en général ont des mousse spécialement pour les coins. Ne les perdez pas, ne les jetez pas, ça vaut de l’or. Très régulièrement sur mes expos on essaye de me les taxer, et je les défends à mort!!!!

Il existe aussi un autre point faible sur les dibonds qui est dû au châssis rentrant qui se trouve derrière. J’ai déjà vu des cas ou le châssis avait « enfoncé » l’image. Je suppose que le transporteur avait du poser des colis assez lourds sur l’expo du photographe car il faut quand même le faire pour que cela arrive. Quelque soit le transporteur, pensez à prendre une assurance couvrant au moins la valeur de production de vos oeuvres. Cela arrive très souvent de toute manière qu’un coin soit enfoncé lors d’un transport. Photo à l’appui cela peut suffire pour vous faire rembourser.

Les faire soi-même

J’ai déjà vu des tentatives de les faire soi-même pour réduire les coûts. A voir mais il ne faut clairement pas se planter lors du contre-collage. Une poussière qui réagit avec la colle et votre image va cloquer dans les jours suivants le collage. De plus lorsqu’on le fait soi-même on oublie trop souvent qu’une plaque de métal a besoin de renfort. Passez une certaine taille des barres de renfort ou un châssis rentrant sont obligatoires, sinon votre plaque va vriller. Et perdre la planéité de ce type de support est une mauvaise idée pour le rendu et le sérieux de votre travail.

En conclusion

Voilà pour quoi j’aime et je n’aime pas le Dibond. Il a bien sur des avantages et des inconvénients. Ce qui est intéressant à noter, c’est que les inconvénients sont des problèmes techniques qui ne sont pas liés à son rendu. Si vous êtes précautionneux lors du transport et de la manipulation, la force de vos images sur Dibond sera extraordinaire.

  • Prix intermédiaire
  • Rendu moderne
  • Pas d’interférence puisque pas de cadre
  • Pas de verre pour interférer (bon et mauvais à la fois)
  • Assez léger
  • Faiblesse des coins en cas de chocs
  • Protection accrue pour le transport

 

Auteur-Photographe depuis 2009 Organisateur des Echappées Belles de 2011 à 2014. Membre actif de Lumière d'Encre, http://www.lumieredencre.fr Auteur-Photographe : http://www.nicolaspoizot.fr

3 Comments

  1. Le dibond ne coute pas plus cher que des cadres classiques… pour une exposition ! Cependant, es cadres peuvent être réutilisés, mais avec le dibond, ça revient à se repayer des cadres à chaque fois (financièrement parlant). C’est pour l’instant un procédé que j’ai abandonné.

Vous en pensez quoi?