Ecrire un dossier de Presse: Oui ou Non?

dans Communication par
6 minutes et 50 secondes de lecture

Ben non bien sûr, je suis photographe, pas écrivain, zut (j’ai failli dire merde)!

C’est vrai quoi je fais des photos moi, pas du texte!!!

… (sic) …

Ces mots très souvent je les entends. A vrai dire, il y a même une époque où je les ai prononcés. J’avoue. Si si. Donc je ne jetterai la pierre à personne sur ce coup là.

Donc pourquoi donc j’irai décrire en mot ce que je fais très bien en image. Vous n’avez qu’à venir à mes expos pour les voir mes images 🙂

Le raisonnement se tient à peu près à un gros détail près. Depuis 1996, oui je remonte loin, tout le monde (ou presque), sur Internet utilise un truc qu’on appelle Google. Ok avant il y avait Altavista (y’en a qui se rappellent?), certains même utilisent peut-être encore Yahoo (allez avouez le).

Mais bon grosso modo on va simplifier en disant que c’est plutôt google qui l’emporte.

Or, et oui votre public, mon public, notre public, utilise des mots. Si si.

Même si j’en avais pris conscience avant de lancer le site Exposez-vos-photos.fr, je peux vous assurer que c’est devenu flagrant depuis.

Il m’arrive de recevoir des demandes d’ajout d’événements juste sous la forme de l’affiche de l’événement. Ok évidemment il faut en faire une. Mais ça ne suffit pas.

Et je vous explique pourquoi.

Quel impact a cette affiche?

Elle a un très fort impact. C’est indéniable, mais la plupart du temps nous allons la publier sur un media comme Facebook qui gère une timeline. Donc votre affiche est visible, jusqu’à ce qu’elle disparaisse. Et sa disparition est ultra rapide. Alors à moins de la republier jusqu’à saturation de votre public, il faut en passer par autre chose.

L’autre chose c’est de faire un dossier de presse.

Je prendrai pour exemple les dossiers que Claude (de Lumière d’Encre) écrit à chaque événement.  Il ne produit pas forcément de joli PDF (on y travaille). La mise en page est brute, mais ses dossiers sont parfaitement fonctionnels.

 

capture-decran-2016-11-25-a-10-23-00

 

Vous pouvez voir plusieurs images (croppées) qui sont en réalité des version à différentes résolutions de l’affiche.

capture-decran-2016-11-25-a-10-22-47

On reviendra plus tard sur l’intérêt d’envoyer plusieurs versions.

Maintenant voici un export JPG du fichier texte associé à cette exposition et donc son descriptif.

crust-belime2

 

Voila, comme vous pouvez le constater, c’est plutôt extrêmement brute. Limite spartiate. Pas de décoration, pas de fanfreluches. Juste les informations essentielles.

Maintenant pourquoi juste un dossier avec une page de texte et quelques variantes de votre affiche a plus de chances de fonctionner?

Les journalistes

Un journaliste que cela soit pour un journal papier ou web a très peu de temps. Vraiment très peu. Et encore moins sur les événements. Par nature, il en reçoit beaucoup par jour. De deux choses l’une, soit vous lui facilitez la tâche, soit vous finissez par un classement vertical (version poubelle en bas à droite de son écran).

En ouvrant votre dossier, il a à peu près 2 secondes pour décider s’il en fait quelque chose. S’il a l’image dans la bonne résolution, et du TEXTE pour faire des copier/coller, votre sujet ne sera pas rejeté.

Je vois déjà vos objections. Ouais bon, il ouvre l’image sous Photoshop, il la recadre de 5000 pixels en 300 dpi à 800 en 72. Ca va lui prendre 30 secondes quoi. Bien sûr, mais si vous en aviez 20 comme ça en arrivant le matin à votre bureau, vous le feriez vous? Moi je vous parie que non. Et lui non plus.

Si en plus vous lui envoyez l’affiche et uniquement l’affiche, en partant du raisonnement que tout est dessus, je vous parie que 100% du temps ça part à la poubelle.

Les informations dont nous avons besoin

Le titre de l’expo. y’a de fortes chances que ça soit le titre de l’événement créé

Les dates de début et de fin. la plupart gère des agendas et ces 2 dates sont nécessaires.

Le lieu. Oui ça peut aider les gens à trouver où se passe votre événement. Je passe sur ceux qui indiquent le nom du bâtiment, genre palais des congrès ou salle des fêtes. En oubliant qu’on a inventé un système relativement simple avec une adresse physique. Vous n’êtes pas obligé de fournir les coordonnées GPS, mais l’adresse physique est un minimum.

Les coordonnées. Vous n’êtes évidemment pas obligé de mettre la totale surtout si vous ne voulez pas être dérangé par téléphone un dimanche matin. Mais à minima les sites web du lieu, de l’artiste et les mails sont à mon avis un pré requis.

Les horaires. Ne ricanez pas, je reçois encore des cas où il n’y a pas d’horaires. D’ailleurs dans la mise en place de mon formulaire, j’ai créé une zone spécifique pour ça (et obligatoire en plus). Je comprends bien que ça n’est pas exprès qu’on ne les donne pas. Mais c’est surprenant de les oublier.

Toutes ces informations vont permettre de créer le cadre de l’événement. Quel que soit le site ou l’organe de presse, c’est l’information primordiale, sinon il ne peut rien faire de votre communication. Et très honnêtement je pense que la plupart ne se fatiguent pas à vous renvoyer un mail en vous indiquant qu’il manque quelque chose. Ils n’ont pas le temps pour ça. Et c’est bien dommage car vous passez à côté d’une communication facile et qui plus est gratuite.

Maintenant que le cadre de jeu est posé, penchons-nous un peu sur le reste du dossier de presse. A savoir la présentation de l’artiste et de son travail. A quoi ça peut bien servir?

Et comme rien ne vaut un bon exemple, on s’y colle dans la suite de l’article.

Votre objectif

Bon reprenons la base quand même. C’est quoi l’objectif?

C’est que des gens viennent à votre expo? J’ai bon là non?

Alors que vous soyez photographe, organisateur ou relation presse, il faut le faire correctement. Je plaisante pour les attachés de presse. Je reçois leur dossier de presse depuis quelques temps déjà, et c’est un vrai Plaisir (avec un grand P) que de créer les pages événements avec leurs infos. C’est plus pour les deux premières catégories que j’écris ça.

Donc premier objectif que votre news soit reprise par la grande majorité des journalistes à qui vous allez l’envoyer. Il vaut donc mieux prendre 1h de votre temps (pour un photographe), certainement plus en tant qu’organisateur pour faire les choses proprement.

Une fois que vous l’aurez fait, vous n’aurez plus qu’à l’envoyer version mitraillette à tous les contacts par mail ou dans certains cas si le mail n’existe pas à remplir les formulaires des sites concernés. Je vous l’accorde encore un peu de temps à y consacrer.

Oui mais bon à quoi ça sert?

Alors imaginons que comme Claude vous ayez écrit tout ça et que vous l’ayez envoyé à tous les agendas culturels existants. En tout cas tous ceux que vous connaissez.

Je vais donc vous montrer maintenant par l’exemple l’intérêt de cette démarche.

Le staff de Lumière d’Encre a envoyé les infos la semaine dernière (entre le 15 et le 18 novembre). J’écris cet article le 25 novembre. En ce qui me concerne j’ai ajouté l’événement sur Exposez-vos-photos.fr le 24 novembre (dans l’après-midi).

Donc faisons plusieurs tests à partir d’aujourd’hui 25 novembre à 12h. On en refera régulièrement pour voir la progression. Oui ceci est un article à contenu variable 🙂

On va essayer ça :

  1. une recherche sur CRUST qui est le titre de l’expo et BELIME qui est le nom du photographe
  2. une recherche sur la phrase « Une sorte d’errance autour de cette île sortant des glaces de l’hiver« 
  3. une recherche sur la phrase « Entre road-movie et contemplation, il traverse l’Islande ou plutôt tourne autour de ce caillou volcanique entre Europe et Amériques« 
  4. une recherche avec des mots clefs : Islande+road-movie+expo

 

Premier test le 25 novembre a 12h

Première recherche sur Crust et Belime

capture-decran-2016-11-25-a-11-42-43

Dès la première page, les liens 1 à 6 renvoient bien vers la description de l’événement annoncé. Evidemment les 2 mots clefs utilisés aident beaucoup puisqu’il ne s’agit pas de mots courants, mais à ce stade il faut noter que 5 organismes présentant de l’événementiel ayant reçu l’information entre le 15 et le 18 novembre l’ont pris en compte. La premier lien étant la galerie en elle-même, au moins on sait maintenant qu’elle est correctement référencée.

Deuxième recherche avec un extrait de phrase « Une sorte d’errance autour de cette île sortant des glaces de l’hiver »

capture-decran-2016-11-25-a-11-48-32

J’ai balancé la phrase tel que. Sans contraindre Google donc il recherche la phrase et évidemment les mots clefs qu’il repère dedans. Les 3 premiers liens font bien référence à l’exposition sur la première page. Pas d’autres références sur les pages suivantes.

Troisième recherche avec une autre phrase dont les mots clefs sont assez typés « Entre road-movie et contemplation, il traverse l’Islande ou plutôt tourne autour de ce caillou volcanique entre Europe et Amériques »

capture-decran-2016-11-25-a-11-53-30

Encore une fois les 3 premiers sont efficaces. Il est à noté qu’on retrouve régulièrement art11.com et spectacle.com qui doivent pour le coup être bien référencés par google.

Quatrième recherche plus classique puisqu’elle correspondrait à quelqu’un qui cherche avec des mots clefs : Islande road-movie expo

capture-decran-2016-11-25-a-11-58-14

Evidemment beaucoup moins de résultats en référence avec l’expo. Art11.com est toujours là et encore plus étrange en 7ième lien photophiles renvoie à l’expo précédente de lumière d’Encre. A savoir que Claude et Benjamin ont fait ce road-movie ensemble. L’usage de même mots clefs a donc eu pour effet de renvoyer un équivalent (en mot, pas en image) de ce road-movie. Sur la 2ieme page de google on retrouvera d’ailleurs le dossier de presse PDF hébergé par la galerie.

Il est à noter que l’événement créé sur Exposez-vos-photos ne remonte pour l’instant pas du tout dans la recherche. L’intérêt de cette démonstration sera donc dans les jours à venir de refaire les mêmes recherches et voir comment cela évolue.

Deuxième test le 30 novembre a 12h

Première recherche sur Crust et Belime

capture-decran-2016-11-30-a-12-36-13

5 jours après avoir créé l’événement sur Exposez-vos-photos le voici qui apparait sur la première recherche. En 2ième position de la première page. Globalement nous allons retrouver aussi plusieurs des sites qui l’avaient aussi référencé sur la première page.

Les 3 autres recherches n’ont pas encore fait remonter EVP, sans doute car la première chose que Google repère est le titre. Le contenu est traité ensuite selon l’impact.

Quelques mois après avoir ajouté l’événement, soit le 4 juin 2017, voici ce que ca donne :

Première recherche : 1er page, 2ième position

Deuxième recherche : 1er page, 2ième position

Troisième recherche : 1er page, 2ième position

Quatrième recherche : 1er page, 6ième position

Vous pourriez me rétorquer que ca ne présente aucun intérêt puisque l’exposition est passée. Mais je répondrais que vous avez là une visibilité indirecte et qui finalement est infinie. Trouver une expo passée permet d’avoir une information et si vraiment l’internaute est intéressé, il ira plus loin en prenant contact avec la galerie par exemple. C’est donc une belle démonstration d’un dossier de presse simple ET efficace 🙂

En conclusion

La première conclusion a en tirer étant que quelques jours à peine après l’envoi à certains sites, l’exposition est déjà référencée sur les sites de type agenda culturel, ce qui est le premier objectif. Et qui plus est ils sont eux-mêmes référencés par Google, ce qui est le deuxième objectif. Tout cela à deux semaines du démarrage de l’exposition.

Cet article va évoluer dans les jours à venir puisque je referai des tests de recherche sur google pour vous montrer l’évolution du référencement.

 

Vous en pensez quoi?