Informations pratiques

L’exposition est visible du 24 juin au 3 septembre 2017

Horaires : En extérieur, accès libre

Week-end d’inauguration :

Vendredi 23 juin 2017Samedi 24 juin 2017Dimanche 25 juin 2017
  • 18h30 Ouverture – Chapelle Saint-Jacques
    Visite guidée des premiers lieux d’exposition* (Chapelle Saint-Jacques, parc des Tilleuls et musée)
  • 20h30 Rendez-vous au Petit Manège Rochambeau Présentation de la 13e édition – ouverture des lieux
  • 10h30 Au Marché Couvert, Rencontre avec la jeune génération Émergence Hwayoung Lim · Laurent Gilson · Andrew Caldwell · Benoît Fournier · les élèves du campus international
  • 11h30 Cour des comptes et chapelle Saint-Pierre- La-Motte
    12h00 Parc du Château et Orangerie du Château
  • 14h00 > 18h00 Au Marché Couvert, Rencontre avec les photographes Ingrid Milhaud · Patrick Rimond · Jérôme Sevrette · Mathieu Farcy · Stephane Damant, représentant Peter Brown Leighton · Alexis Clerc · Charles Paulicevich · Daniel Ablin

12h00 Maison du Vin à Thoré-la-Rochette

Parc Ronsard, 41100 Vendôme

http://promenadesphotographiques.com

Les Promenades Photographiques

Qui est Photographe ? #2

Il y a onze ans Jean Baudrillard rêvait d’un mur d’images pour l’exposition que nous allions présenter à l’Orangerie du Château.
Cette année-là, en 2006, nous en étions à nos balbutiements, nous ouvrions pour la première fois ce lieu, l’espace trop petit ne nous avait pas permis d’y accueillir plus de 20 photographies, loin du mur d’images dont il rêvait ! Cette deuxième exposition, en France, de Jean Baudrillard avait été un véritable succès, une découverte incroyable pour ceux qui connaissent son œuvre littéraire mais ignoraient l’existence d’une œuvre photographique.

Onze ans plus tard c’est avec beaucoup d’émotion que ce rêve devient réalité : la salle d’art contemporain du musée de Vendôme accueillera trois murs d’images. Un corpus de 61 photographies devait initialement être présenté au Manège Rochambeau avec neuf autres photographes tout aussi talentueux.

Hélas, un inventaire du lapidaire n’a pu le permettre, l’opération n’est pas compatible avec l’assurance des biens et des services… Malgré la forte mobilisation des artistes, des partenaires et des bénévoles, rien y a fait, la priorité de l’état est de réaliser cet inventaire en 2017, sans cohabitation possible. Les neuf artistes ont donc été dispersés, les scénographies revisitées. Les réseaux se sont mobilisés pour trouver des lieux de substitution, merci à chacun d’entre vous vendômois, voisins, élus d’ici et de là de nous avoir accompagnés dans cette quête.

Vous découvrirez dans une toute petite chapelle, Saint-Pierre-La-Motte, les fantômes de Daniel Ablin, dans l’ancienne Chambre des comptes des comtes et des ducs de Vendôme l’intimité du travail de Ingrid Milhaud, à la petite gare de Thoré-la-Rochette, Maison des vins, Patrick Rimond qui avec Hudros nous parlera d’eau et de béton.

Vous voyagerez sur les cinq continents, croisant dans les rues et les jardins des portraits à taille humaine de chinois, petit jeu de piste tout au long de votre promenade.
Le Japon, le Sénégal, l’Australie, le Congo, les états-Unis, le Brésil, la Belgique, la France entre autres, autant de voyages aux écritures photographiques variées pour aller toujours et encore à la rencontre de l’autre, pour construire des ponts et non des murs ! Bonne promenade à chacun d’entre vous

Odile andrieu

directrice artistique, festival Promenades Photographiques

Andrew Caldwell, Curb appeal, Emergence

Photographe artistique et commercial, andrew caldwell est également professeur-assistant à Appalachian State University à Boone (Caroline du Nord, États-Unis). Alors qu’il ter- minait son MFA (Master of Fine Arts) au Brooks Institute of Photography en Californie, il a déménagé dans les Appalaches pour prendre son poste d’enseignant. Ses explorations pho- tographiques personnelles, inspirées par la beauté de son environnement, sont souvent intégrées dans ses classes comme outils pour permettre à de futures générations de photographes de s’épanouir.

Curb appeal

À l’abri des regards extérieurs, les quatre murs de ma maison d’enfance ont été témoins de tout le spectre des heurts et malheurs familiaux. De fêtes remplies d’amour à d’indicibles souffrances et abus, la plupart apparaissaient sans que le monde extérieur ne s’en doute. Comme notre propre psyché, l’extérieur de notre foyer est rarement un indicateur de notre état intérieur. élevé dans cette dichotomie, je suis fasciné par la vérité derrière la façade. À travers ce travail, je crée des scènes surnaturelles et hypothétiques dans lesquelles la terre et le ciel suggèrent symboliquement des histoires sur les habitants inconnus des structures solitaires représentées à l’intérieur.

Enfant dans les plaines du Midwest américain, je rêvais de collines vallonnées et de sommets dentelés. Après avoir vécu dans diverses régions qui avaient cette topographie tant désirée, je découvre maintenant à nouveau les plaines de ma jeunesse et en particulier les nuages qui dominaient ces paysages. Toujours influencé par mon environnement, les montagnes ondulées des Appalaches, où j’habite désormais, sont au cœur de mes constructions.

Il y a tant de mystère à l’intérieur d’une photographie. Nous nous posons des questions sur la scène : où est cet endroit, quels étaient les odeurs, les bruits, est-ce qu’il faisait chaud ou froid, y avait-il du vent ? De façon plus significative, nous nous demandons ce qu’il y avait hors champ et qui a été exclu par le photographe. Le plus triste quand je regarde mes propres photos, c’est que j’ai les réponses à toutes ces interrogations ; il n’y a plus de mystère. Le procédé qui consiste à combiner plusieurs images qui n’ont pas de lien entre elles pour en faire une scène entièrement nouvelle est ma manière de ramener du mystère dans ma propre photographie. Comme je n’étais pas vraiment présent dans cette nouvelle scène, je ne peux plus répondre à ces questions, et mon imagination peut combler les vides. Le fait que cet endroit n’existe pas en vrai, en tout cas pas en même temps au même endroit, signifie que personne ne peut jamais connaître véritablement l’histoire vraie. Tout ce qui reste, ce sont des questions sans réponse.

Andrew Caldwell

*Expression utilisée dans le domaine immobilier pour signifier qu’une maison est attrayante quand on la voit en arrivant

La Carte

L’Agenda

|||::

Be the first to rate and review!
0.00 average
5 Stars
0
4 Stars
0
3 Stars
0
2 Stars
0
1 Star
0

Vous en pensez quoi?