Informations pratiques

L’exposition est visible du 14 septembre au 9 novembre 2017

Le vernissage a lieu le 14 septembre 2017 à partir de 17h

Horaires : du mardi au samedi, de 14h à 19h et sur rendez-vous

L’exposition

Avec « LE TEMPS DES GRENADINES » Dan Aucante nous invite à découvrir un travail au long cours, mené depuis 2004 avec la complicité de son fils aîné.
C’est donc le « Chapitre 1 » d’une trilogie à la fois intime et universelle que l’auteur dévoile dans la galerie parisienne de Patrick Gutknecht.

Tout au long de ces années – et ce travail se poursuit encore actuellement – le photographe a tenté de capter l’essence de l’enfance, en observateur attentif de son garçon, mais aussi en effectuant un retour sur sa propre enfance. Il délivre ici une vision hors du temps, dans une unité de lieu qui reste indéfini, rendue tangible et touchante notamment par les très délicats tirages argentiques qu’il a lui même réalisés.

Dans cette première appréhension de l’enfance, Dan Aucante s’est plus particulièrement attaché à ses signes, symboles et secrets. L’incarnation physique de son fils y est encore peu présente et c’est au final l’écho des souvenirs de ses propres jeunes années qui répond aux jeux et rites qu’il saisit de son propre enfant dans le viseur de son appareil.

Nous voyageons dans deux temporalités enchevêtrées et perdons peu à peu le contact avec une réalité objective. Dan Aucante malaxe l’enfance comme une matière première qu’il fait sienne. Puis il nous la donne la possibilité de se l’accaparer, d’y agréger nos propres histoires d’enfance, imaginaires ou réelles.

Les images de Dan Aucante ont vocation d’universalité, mais restent à distance des clichés et des effets liés à la thématique de l’enfance : s’il est bien question de jeux (voitures modèles réduits, batailles de petits soldats), d’insouciances (l’éternité supposée du temps des vacances), de découvertes (cabanes et châteaux forts), d’expérimentations (courses d’escargots), il plane pourtant au cœur de ces tirages une légère et sourde angoisse. Celle, inconsciente pour son fils, mais prégnante pour lui, du temps qui passe, de la fragilité de ces instants, de la marque que ceux-ci vont imprimer sur une vie entière. Il témoigne, entre mises en scène et instants saisis au vol, du caractère ô combien précieux des premières années de l’existence. Il intervient comme un véritable archéologue de son enfance, révélant les différentes strates qui constituent les fondations de son propre parcours. Il exprime ainsi combien l’enfance est à la fois volatile dans sa durée, mais indélébile dans ce qu’elle constitue au plus profond de chacun d’entre nous. Comment elle explique, sinon conditionne, nos chemins de vie à tous, nos choix, nos forces et nos faiblesses.

Le regard paternel, bienveillant et protecteur, se superpose toujours en ligrane plus ou moins prononcé à l’ensemble de ce corpus visuel. Mais c’est un regard libre et curieux. Observateur et spectateur. Les questionnements du père oscillent : comment et jusqu’où intervenir ? Quelle liberté laisse-t-on à son enfant pour qu’il fasse son propre chemin, qu’il évite les traumatismes et les douleurs dont on a soit même été victime, enfant, et qui se révèlent particulièrement dans notre comportement de « grande personne ».

Dans plusieurs des images proposées par Dan Aucante, la lumière est l’indice d’une apparition ou d’une disparition. Matinale ou zénithale pour l’enfance de son fils, descendante dans le souvenir et la perception de sa propre enfance, dont le souvenir rejaillit et s’estompe à l’envie au fur et à mesure des prises de vues.

Impermanence et persistance de l’enfance.

«Le temps et l’oubli ont modifié la perception des jeunes années.
Le passé s’estompe, certains instants ont besoin de mémoire, de fixation…»

Dan Aucante

Dan Aucante

Dan Aucante se passionne très vite pour la photographie. Dès lors, la pratique de ce medium sera destinée à l’être humain et son environnement. À l’âge de 25 ans il décide de parcourir le monde.

En 1997, il s’installe à Paris et devient photographe indépendant suite à ses études à l’Institut Photographique Spéos. Ses photographies et projets liés à la scène vivante le conduisent à collaborer avec le Théâtre de la Ville de Paris, le Centre National de la Danse, ainsi qu’avec des artistes dont Christian Lacroix ou Roland Petit. Très vite, il se spécialise pour la presse dans le portrait d’artistes.

Des institutions françaises comme le Muséum d’Histoire Naturelle, l’Action Sociale de la Ville de Paris, le Secrétariat d’État à l’Outre-Mer et des Conseils Généraux d’Île-de-France lui passent commandes.

Parallèlement, il s’investit dans des projets personnels et artistiques. Entre 1998 et 2003 il explore et s’engage dans le portrait des populations sur les quartiers défavorisés de Paris. En 2004, il poursuit sur l’exclusion sociale à travers une série de portraits de personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Le travail de Dan Aucante est dominé par la rigueur et l’exigence de sa démarche, faisant de sa recherche artistique personnelle une remise en question permanente. Ainsi, en 2002 il revient au noir et blanc en abordant le moyen format. Dans une série intitulée « Limites » il pose son regard sur l’empreinte éphémère et vaine de l’homme face à l’éternité le long de la côte ouest Européenne.

Dans « Le Temps des Grenadines », initié en 2004 et toujours en cours de développement, dont le fil conducteur est l’enfance, il se penche sur des thèmes existentiels qui l’habitent : l’influence du temps, les générations, la filiation, la mémoire, les territoires naturels.

Une suite logique sur l’adolescence, la jeunesse et son environnement débute en 2015 suite à une résidence d’artiste de la DRAC Auvergne. C’est le retour à la couleur. Cette nouvelle série « Fire Game – Les Passagers » aborde l’influence du temps sur cette période de transformation. Ce projet, associant des ammes d’arti ces aux portraits d’adolescents, décrit un épisode psychologique mouvementé et incandescent. La diversité des territoires où posent les modèles sera également un des thèmes favoris de cette série.

Ses travaux photographiques sont régulièrement publiés par la presse en France et à l’étranger : Réponses Photo (France), Schwarzweiss (Allemagne), Shots (USA), Photographe (France).
Il participe également à différents festivals photographiques en France et à l’étranger (Chine).

Dan Aucante rejoint l’agence révélateur en 2016.

www.danaucante-photography.com

|||::

Be the first to rate and review!
0.00 average
5 Stars
0
4 Stars
0
3 Stars
0
2 Stars
0
1 Star
0

Vous en pensez quoi?