Informations pratiques

L’exposition est visible du 27 septembre au 14 octobre 2017

Les Temps forts du festival Septoff

23 septembre26 septembre28 septembre29 septembre30 septembre1er octobre7 octobre12 octobre

17h-21h : Inauguration au 109. Collectif Dekadrage, Aglae Bory, Teresa Maffeis, Guy Ouillon

19h : Concert et projection au Poulailler

18h30 : Vernissage à la conciergerie Gounod. Olga Perets.

18h : Vernissage à Uni-Vers-Photo. William Bunel.

20 : Vernissage au Pigeonnier. Nicolas Guyot et Jeanne Marteau.

19h-22h : Vernissage, concert et projection à la Zonmé. Mauricio Amarante

17h : Vernissage à la Chapelle sainte Bernadette et à la Galerie Basse Fontaine. Laura Ben Hayoun, Wiame Haddad, Benoit Grimalt, Baptiste De Ville d’Avray, Laura Lafon et Esteban Gonzalez

18h30 : Remise des prix de la ville de Vente. Musée de Vence.

19h : Vernissage et remise de prix Caisse d’Epargne. Rebecca Gutierrez et Isabelle Perroud.

Horaires :

  •  mer 14h – 17h
  • ven 14h – 18h
  • sam 18h – 20h

Le Pigeonnier : 4 rue Colonna d’Istria 06300 Nice (vieille ville)

http://www.sept-off.org

Le Festival

Aujourd’hui, le Sept Off perpétue son engagement à promouvoir la photographie régionale, tout en étendant son attraction vers la scène nationale.

Le festival offre chaque année la possibilité aux exposants de développer leurs travaux personnels grâce aux deux prix financés par la Caisse d’Epargne Côte d’Azur : Le Prix Bob Willoughby (1000€) et le Prix Lucien Clergue (1500€) et au soutien de la ville de Vence qui décerne un prix de la photographie contemporaine (1000€).

Depuis 2015, le prix PHARISIEN (tirage d’une exposition à hauteur de 1000€) est venu enrichir les dotations du festival.

Le Sept Off ouvre le champ des possibles au regard personnel et subjectif des créateurs en accueillant l’hybridation des outils et techniques actuels : tirages argentiques, impressions numériques, installations photographiques, diaporamas sonores, courts-métrages photographiques, Petits Objets Multimédias, performances visuelles …

Affirmant constamment sa vocation à faire de la photographie un médium accessible à tous, le Sept Off favorise les échanges et les rencontres autour de la photographie dans des espaces culturels dédiés à l’image mais aussi dans des lieux parfois inattendus : les ateliers, les espaces associatifs, les cours, les chapelles… touchant autant les amateurs éclairés que les professionnels et les néophytes de la photographie.

Nicolas Guyot, Calme et tranquille

Nicolas Guyot est un photographe qui utilise des techniques de développement lui permettant de transposer ses images sur différents supports, tels que le bois ou la toile. Il travaille de manière plastique un procédé à base de bromure d’argent qui, en conjonction avec d’autres éléments, permet de donner corps et texture aux photographies. Il fabrique directement ses supports et ses produits chimiques.

Calme et tranquille, ce n’est pas exactement l’état dans lequel je me trouve lorsque l’image se révèle lentement sur la toile, c’est plutôt l’état que je cherche à atteindre… non sans mal.

J’ai rassemblé ici une partie de mon travail réalisé depuis 5 ans. Les différentes images se sont regroupées au fil – distendu – du temps, elles n’ont jamais été pensées pour former un ensemble et chacune a une identité propre née d’un impérieux besoin de vomir un moment… je travaille plus cycliquement sur des « sujets » que linéairement, avec au départ une intention plutôt diffuse qui ne se retrouve souvent qu’en trame de fond dans l’image, celle-ci ayant repris ses droits sur ma volonté… Il n’y a pas une image ici qui veut – ou qui croit – dire une seule chose, toutes ont des discours différents et pluriels plus ou moins audibles selon le regard de chacun.

Les poèmes qui parcourent l’exposition sont autant des sources d’inspiration que des retours en échos de mes images…

J’aime autant travailler le portrait que le paysage, mais l’humain reste presque toujours à la source de tout jaillissement pictural. Mes portraits ne montrent pas un être, ni mes paysages un lieu, mais plutôt l’essence de l’être et du lieu sans identification ni géographie. Je cherche un univers invisible à l’oeil. Cet univers où le temps et l’humain se meuvent en dehors d’eux mêmes est réel pour moi, l’accrocher par l’image est une tentative de lui donner forme visible.

Nicolas Guyot

www.nicolasguyot.com

La Carte

L’Agenda

|||::

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*