Interview de Pascal Bourguignon – dernier épisode

dans Interviews par

Et voici le dernier épisode de l’interview de Pascal Bourguignon!!!

Merci à tous de nous avoir suivi sur cette semaine fort intéressante sur la notion de tirage en photographie. un grand merci à Pascal pour s’être prêté au jeu de l’interview. Merci de ton énergie et de ta passion.

La question du jour est donc :

Le tireur local versus le labo en ligne?

La transcription de cet épisode est ici :

Nicolas Poizot

On en arrive à la dernière question. On en a parlé un petit peu tout à l’heure, mais on va développer un peu le sujet.

Qu’est-ce que tu penses du tireur en local versus le labo en ligne. Tu en penses quoi?

Le tireur local ça peut être une personne seule ou un petit labo. Un labo physiquement, un magasin versus l’offre en ligne qui est pléthorique. L’offre en ligne, il y en a partout. Il suffit de taper « tirage photographique » et on a des dizaines d’offres.

Pascal Bourguignon

C’est assez difficile comme question parce que l’offre en ligne, je pense qu’il y a des choses qui tiennent la route. Et je pense qu’il y a des choses qui ne tiennent pas forcément la route. Le problème de l’offre en ligne, c’est ce qu’on disait tout à l’heure, c’est qu’on a pas d’interlocuteur derrière. On crée son panier, on dis je veux tel truc, tel truc et on paye. Et on attend que ça arrive dans la boite aux lettres. Et bien ou pas bien le truc on l’aura. A la différence de nous, petite structure, ou labo, qu’on peut appeler par téléphone. J’ai bien sûr aussi une interface de vente en ligne. Mais voilà je ne rentre pas dans ces systèmes complètement automatiques. Cette interface là permet aux gens de m’appeler ou de m’envoyer un mail et d’avoir des réponses. Pour moi… Je ne veux pas donner de nom, mais il existe des labos qui font des tirages en ligne qui ne sont pas chers du tout. Ca vaut ce que ça vaut. Si c’est très bien préparé par quelqu’un qui connait très bien, ça peut être pas mal. Mais ça peut vite être la catastrophe. Moi ce que je retiens c’est que effectivement aujourd’hui notamment dans le domaine de la photo animalière, les gens ont du matériel qui coute très très cher. C’est pas rare de voir des boitiers très pro, des objectifs 400, 500, 600 mm. Bref pour faire de la photo animalière, il y a pratiquement 20.000 euros sur la table. Et les gens ne veulent pas mettre 1000 euros sur la table dans une expo pour montrer leur travail de manière qualitative. Ca me choque un peu parce que ça sert à quoi d’avoir un boitier qui fait des images extraordinaire, si elles sont massacrées par un tirage qui n’est pas de qualité.

NP

Ca c’est aussi une incompréhension de ma part. A la limite si  des gens, des internautes ont un sac photo pléthorique en terme d’objectifs, j’aimerai bien qu’on m’explique au moment ou ils passent de la version photo sur écran à photo sur papier, pourquoi ils sacrifient autant la qualité de leurs images. Alors qu’au point d’entrée ils ont mis de l’argent sur la table pour apprendre la photo, et je ne parle que de la partie matériel, on pourrait parler de l’achat de logiciels (photoshop, lightroom) que des photographes vont suivre sans aucun soucis. Par contre ils sacrifient 95% de la qualité de leur travail à la sortie quand ils veulent montrer leurs images. C’est un peu comme la notion du JPG, sauf qu’ils ont inversé le truc. Il ne reste pas 80% de la qualité, il reste 20% de la qualité. Et ça effectivement, je ne comprend pas non plus.

PB

C’est vrai qu’acheter un boitier pro, haut de gamme, on a des images à 100%, c’est parfait. On les met sur Facebook, qui bouffe 80% de la qualité. Et puis au moment de les sortir et de faire du grand format pour les montrer. Les photos c’est quand meme fait pour être montré. Je ne vois pas trop l’intérêt de tout garder pour soi et de les regarder qu’à l’ordi chez soi. le but final c’est quand meme de les montrer les images. Et de sauter cette étape qui permettrait de rendre toute la qualité du matos qu’on a acheté.

NP

C’est quand si montrer c’était une obligation, mais finalement je veux pas mettre les moyens dedans parce que c’est pas ça qui va me permettre de faire de la photographie. Effectivement je pense qu’une partie des gens qui passent de l’écran à l’impression, considère l’impression comme exporter une photo sur Facebook, sur Flickr, sur 500PX. Sur toutes les plateformes numériques. Ils le mettent au même niveau sans prendre en considération que ça n’est pas du tout la même chose. Moi ce que je dis sur mon blog à travers l’échange avec le public, et d’ailleurs je pense qu’un photographe qui passe le cap du tout numérique, quand il le fait une fois, qu’il ait fait une erreur ou pas sur l’investissement (le budget, le temps, l’énergie), il s’aperçoit quand il fait la première exposition que ça n’est pas du tout la même chose. Ca n’a rien à voir. Rencontrer quelqu’un, même sans y être préparé. Il n’empêche que lorsqu’on se retrouve face au public et qu’on discute avec les gens. la valeur que ça a, c’est juste énorme. Sauf qu’on a tendance à sacrifier sur la qualité du rendu, alors que ça n’a rien à voir avec une plateforme numérique.

PB

Je pense que c’est aussi une méconnaissance. Quand on dit aux gens qu’il faut aller voir un labo pro, ils pensent que c’est excessivement cher. Que c’est hors budget. Souvent moi les gens viennent et disent : « Oui, je vais acheter une imprimante A3 et je vais faire mes tirages ». Le gars il va s’en servir 3 fois dans l’année, il va faire du 30*40, les buses vont être bouchées. Et au bout du compte ils s’aperçoivent aussi qu’en faisant faire leur tirage, ça ne leur coute pas plus cher, voire moins cher, qu’en les faisant eux-mêmes, en ayant acheté l’imprimante. Avoir passé un temps fou, avoir refait les tirages parce qu’ils n’étaient pas bien. Et que finalement les tirages, on en refait pas 350 à l’année. Souvent les gens viennent me voir pour la première fois, ,n’osant pas franchir le pas. Et ceux qui le font disent, c’est vrai que ça n’est pas si cher que ca. Et puis on est super content parce qu’effectivement exposer devant des gens. Avoir des retours, des échanges incroyables, ça n’a pas de prix. Souvent les gens reviennent et me remercient. Voila on a de la crédibilité et c’est juste incroyable.

NP

Oui c’est quelque chose que j’ai réglé dans mes premières années photographiques ou j’avais commencé à étudier la possibilité de tout faire moi-même. D’acheter l’imprimante et j’ai vite arrêté parce que j’ai considéré parce que c’est 2 métiers séparés. Effectivement maintenant le photographe fait beaucoup de choses, il fait de la photo, du photoshop, du lightroom. Il peut être amené à faire aussi la partie tirage. Des fois il y a des aberrations. J’ai croisé des photographes qui passaient plusieurs sur une ou deux ou trois images. Il y a un moment où tu dis c’est plus mon job. Et quand j’ai regardé l’investissement en terme de matériel est important. Acheter un traceur et l’utilisation que je vais en avoir, est-ce que c’est vraiment impératif.

Et je considère qu’effectivement que ça soit à distance. Quand je dis à distance, je parle par téléphone ou pas mail. La meilleure expérience que j’ai eu c’est avec quelqu’un qui s’appelle Yvon Haze. Qui à l’époque était chez Darqroom. C’est lui qui m’avait fait les Diasec. Et tout s’est passé par téléphone, par mail. Il m’a envoyé des photos de son écran pour me dire : voilà là, je retrouve pas le truc. Il s’instaure une forme de dialogue entre le photographe et le tireur. Et c’est ça qui est important. Que ça soit à côté ou pas. Mais moi je conseille aux primo-exposants d’aller dans leur labo ou photographe de quartier, pour avoir une première expérience. Et puis être à côté pour leur première expo. Même sur des papiers qui ne sont pas forcément des papiers FineArt. Ca permet de voir, de discuter avec quelqu’un qui va vous orienter vers une première expérience de tirage. Sinon je te rejoins là-dessus, si le photographe s’occupe de la partie tirage, c’est un autre monde. Moi je me rappelle d’une discussion à 3, lorsqu’on faisait les Echappées, avec Yvon Haze sur le Gamut. J’ai décroché à 5h du mat, parce que le lendemain il fallait que j’ouvre la galerie. Et ça faisait déjà un certain temps que j’étais perdu. Et je pense qu’il y a des fondamentaux à connaitre, mais il n’y a pas besoin de toute savoir. Sauf si on veut devenir tireur.

En tout cas je te remercie pour cette discussion. je te remercie d’autant plus que les conditions étant un peu difficile des 2 côtés. Je mettrais un petit mot sur Internet car je pense qu’en terme de son et de video ça ne sera sans doute pas top. Mais en tout cas le contenu en lui-même était vraiment top.

je te remercie Pascal pour cet échange pour cette discussion, et je te souhaite de profiter un peu de tes vacances.

Auteur-Photographe depuis 2009 Organisateur des Echappées Belles de 2011 à 2014. Membre actif de Lumière d'Encre, http://www.lumieredencre.fr Auteur-Photographe : http://www.nicolaspoizot.fr

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*